Logo Hotelplan Group

Hotelplan garde le sourire

Hotelplan Suisse4. März 2003
Hotelplan Group

L'exercice du 1er novembre 2001 au 31 octobre 2002 s'est caractérisé par un climat conjoncturel morose et un repli du chiffre d'affaires. Avec 29,54 millions de francs, le groupe Hotelplan a malgré tout pu maintenir son bénéfice d'exploitation EBIT au niveau de l'exercice précédent (29,50 millions). Le chiffre d'affaires global a baissé de 7,7% à 2,112 milliards de francs. De même, le nombre de passagers a reculé de 6,4%. Quelque 2 372 608 hôtes ont ainsi opté pour Hotelplan au cours de l'exercice sous revue. Sociétés sises à l'étranger et filiales ont enregistré une évolution réjouissante. Pour des raisons fiscales, le bénéfice du groupe a diminué de 11% à 20,0 millions de francs suisses. Les liquidités ont atteint un nouveau record à 271,9 millions de francs.

Chiffre d'affaires et nombre de passagers en repli, sociétés à l'étranger en progression

Lors de la conférence de presse du bilan donnée le 4 mars 2003, le groupe Hotelplan mené par son directeur Claus M. Niederer a présenté un résultat positif en dépit d'un environnement défavorable. Hotelplan a aussi dû essuyer un recul de 7,7% de son chiffre d'affaires. Le volume global a atteint 2,112 milliards de francs. Le chiffre d'affaires de HOTELPLAN SWISS GROUP, Interhome inclus, a baissé de 119,6 millions de francs ou 10,5% à 1,012 milliard. Le chiffre d'affaires des agences étrangères n'a, quant à lui, subi qu'un recul de 5% ou 57,7 millions à CHF 1,100 milliard de francs. De ce fait, la part du chiffre d'affaires des agences étrangères aux recettes totales a continué sa progression et se monte désormais à 52,1%. Au total, 2 372 608 hôtes ont voyagé avec Hotelplan, soit 6,4% de moins que l'année précédente.

Toutes les sociétés à l'étranger ont largement surpassé les attentes. Les sociétés basées en Italie et en Angleterre ainsi que le groupe Interhome, en particulier, ont fait preuve d'une bien meilleure résistance au marché que d'autres secteurs du groupe. Les redimensionnements, réorganisations et investissements du passé portent aujourd'hui leurs fruits dans une conjoncture difficile. «Le résultat des sociétés à l'étranger et des filiales est réjouissant. Toutefois, le potentiel n'est pas épuisé», a souligné le directeur du groupe Claus M. Niederer lors de la conférence de presse du bilan.

Inghams est la seule société sise à l'étranger à avoir enregistré une augmentation de 10,8% de son chiffre d'affaires. Elle affiche du même coup le plus fort rendement et un très bon taux d'EBIT de 11%. De son côté, le groupe Interhome annonce également un accroissement de son chiffre d'affaires de 2,6% (+ 4,7 millions de francs). La Hollande et l'Italie, en particulier la société Turisanda, ont nettement amélioré leur résultat. La Hollande a transformé les pertes de l'année précédente en bénéfice. La France n'a pas entièrement répondu aux attentes en raison d'un amortissement extraordinaire. Les hôtels et les centres de vacances HORIZONTE présentent un résultat légèrement inférieur à celui de l'année précédente. Les raisons en sont l'attentat de Djerba et des chiffres en recul aux Maldives.

La ventilation du chiffre d'affaires par pays confirme la tendance des dernières années. En effet, seuls 47,9 % du chiffre d'affaires (contre 49,4% l'année précédente) sont encore générés par les entreprises domiciliées en Suisse. Avec une part de 15,9% au chiffre d'affaires, l'Italie a consolidé sa position à la tête des sociétés étrangères. Elle est suivie de la Hollande (15,0%) et de l'Angleterre (14,6%), qui a comblé son retard.

Le chiffre d'affaires par secteur d'activité présente la configuration suivante: le tour-operating a généré 77,6% (79,4 % l'année précédente) et demeure le principal segment. La revente a poursuivi sa progression et atteint 15,8% (14,3% l'année précédente). Les parts des voyages d'affaires et des hôtels sont restées quasi stables à, respectivement, 5,7% et 0,9%.

Bénéfice d'exploitation stable, résultat du groupe en léger recul

Nonobstant un net recul du chiffre d'affaires, le bénéfice d'exploitation EBIT demeure quasiment inchangé par rapport à l'année précédente. Le chiffre de 29,54 millions de francs représente une marge de 1,4%.

Le bénéfice du groupe est de 20,0 millions de francs, ce qui correspond à une baisse de 11,0% par rapport à l'année précédente. Cette diminution est due aux impôts. Des dépenses non déductibles et l'augmentation du taux moyen de 20% à 21% sur les réserves latentes ont engendré une augmentation de la charge fiscale.

Travaux d'extension dans des hôtels existants, projets informatiques hautement complexes, fondation (participation de 70%) de Marti Agence de voyages S.A. et réalisation du nouveau siège à Zurich-Glattbrugg ont propulsé les investissements à 50,6 millions de francs, soit un bond de 64%. Le cash-flow se chiffre à 48,7 millions de francs, ce qui n'a pas permis de couvrir entièrement les investissements par les fonds propres. Les liquidités se montent à 271,9 millions de francs, le capital propre à 214,2 millions et sa part à la somme du bilan à 36,0%.

Par conséquent, le groupe Hotelplan fait état d'une bonne santé et est en mesure de financer sans problème, par ses propres moyens, de vastes et donc coûteux projets porteurs d'avenir dans les domaines de l'informatique et des réservations, mais aussi le prochain déménagement dans un nouveau bâtiment administratif.

HOTELPLAN SWISS GROUP le plus touché

A la conférence de presse du bilan, Walter Güntensperger, directeur de HOTELPLAN SWISS GROUP, a expliqué pourquoi le fléchissement de la demande touche principalement les sociétés suisses. Le chiffre d'affaires de 1,043 milliard de francs représente une baisse de 7,9% affectant l'ensemble des marques, à l'exception de Tourisme pour Tous TPT, le spécialiste romand. Reflétant l'évolution du chiffre d'affaires, le nombre de passagers a lui aussi diminué de 5,9% à 832 100 personnes.

Le volume global se répartit entre les diverses entreprises de la manière suivante: Hotelplan 793,1 millions de francs (-7,6%), ESCO-Reisen 160 millions (- 30,6%), Tourisme pour Tous TPT 44,6 millions (+ 2,9%) et Marti Reisen 45,4 millions. Le fort recul affiché par ESCO est avant tout lié à la comptabilité: les chiffres d'affaires sur la revente (produits de tiers) générés par les agences ESCO apparaissent désormais chez Hotelplan.

La même tendance négative s'est manifestée dans le tour-operating, le nombre d'hôtes ayant même diminué ici de 11,8% à 587 900 personnes. Le chiffre d'affaires se porte à 745,6 millions de francs, en baisse de 14,4% par rapport à l'année précédente. La ventilation entre les diverses marques donne: Hotelplan 371,5 millions (-16,6%), ESCO-Reisen 144,9 millions (-23,5%), M-travel 184,6 millions (-3,6%), Tourisme pour Tous TPT 44,6 millions (+2,9%).

Vacances balnéaires en repli

Le repli enregistré dans le segment important des vacances balnéaires, en particulier au niveau des familles avec enfants, est le principal responsable de l'évolution négative. Il se manifeste tant chez Hotelplan que chez ESCO et se fait sentir sur toutes les grandes destinations. La part croissante du «last minute» dans ce segment – de 20% l'année précédente à 30% – a encore accéléré le phénomène. Les séjours balnéaires forfaitaires représentent toujours une part non négligeable de 58% (exercice précédent: 62%) au chiffre d'affaires total, ce qui souligne leur importance dans le résultat global. En contrepartie, la demande d'offres à la carte (marché individuel) présente une évolution satisfaisante, le chiffre d'affaires de l'année précédente ayant ici presque pu être maintenu.

Si la diminution de 16,6% à 371,5 millions de francs du chiffre d'affaires de la marque mère Hotelplan est imputable à l'affaiblissement des réservations de vacances balnéaires, la baisse de fréquentation des États-Unis n'y est pas non plus étrangère. Les États-Unis demeurent malgré tout la destination la plus prisée de la marque Hotelplan en termes de chiffre d'affaires. La Tunisie, l'Égypte, Chypre et Cuba sont les perdants du secteur des vacances balnéaires.

L'Espagne, l'Italie, la France et la Grèce génèrent le plus fort chiffre d'affaires chez Hotelplan. La Thaïlande, l'Allemagne avec Europa-Park Rust, les vacances de neige en Suisse et l'Australie sont les destinations montantes de l'année.

Le marché a par ailleurs réservé un accueil réjouissant aux séjours brefs, aux voyages intervilles et aux parcs d'attractions, au Flight Shop, aux arrangements sans vol d'Autoplan et aux segments golf et remise en forme.

Résultat équilibré pour HOTELPLAN SWISS GROUP

Le résultat d'exploitation EBIT équilibré de 663 000 francs intègre des facteurs exceptionnels tant du côté des coûts que du côté des recettes. Ainsi des coûts additionnels sont-ils apparus avant l'installation dans le nouveau siège d'Hotelplan à Zurich-Glattbrugg. Il convient également de prendre en compte les coûts d'acquisition du troisième avion de Belair, un Boeing 767-300ER destiné aux vols long-courriers et mis en service en hiver 2002/2003 seulement (exercice 2003). Dans la colonne des recettes, la vente de l'immeuble sis Habsburgstrasse 9 a généré une rentrée unique. Les recettes issues des ventes de voyages n'ont pas permis de couvrir la totalité des frais.

Comptes déjà équilibrés pour Belair

Le lancement réussi de sa propre compagnie aérienne de qualité en novembre 2001 confère à Hotelplan une marge de manœuvre stratégique déterminante. Au cours de la première année, 330 000 passagers ont été transportés vers 30 destinations. Hors influence des coûts d'acquisition du troisième avion (B767), Belair peut présenter un résultat équilibré dès la première année de service. Chaque appareil a accumulé plus de 3000 heures de vol et affiché un taux d'occupation des sièges satisfaisant de 84%. Parallèlement, la direction a négocié, avec le personnel de cockpit et de cabine, un contrat collectif de travail entré en vigueur le 1er novembre 2002.

Règlement du différend avec les équipages de l'ancienne Balair/CTA

La décision prise le 10 janvier 2003 par le tribunal d'arrondissement de Zurich représente également une bonne nouvelle: dans le cadre de la fondation de Belair et du lancement des activités le 1er novembre 2001, le syndicat du personnel de cabine kapers avait exigé la reprise, par Belair, de l'ancien CCT de Balair/CTA. Le tribunal d'arrondissement de Zurich a rejeté la plainte. Aucun appel n'ayant été déposé dans les délais requis, la question est donc définitivement réglée.

Perspectives pour 2003

Hotelplan a pris toutes les mesures qui s'imposent pour contrer une conjoncture précaire qui ne devrait pas évoluer de manière significative. Alors qu'au cours des deux premiers mois du nouvel exercice, les réservations enregistraient une progression réjouissante et se situaient au-dessus du niveau de l'année précédente, les titres pessimistes publiés par les médias ces dernières semaines ont entraîné une baisse marquée de la demande.

Bianca Gähweiler

Head of Corporate Communications

Bianca Gähweiler

Ce site Web utilise des cookies pour vous fournir le meilleur service possible. Si vous continuez à naviguer sur le site, vous acceptez l'utilisation de cookies.